L'actualité AIMCC

  • Grand succès avec 150 participants à la présentation du RPC publié le 30 mars 2022 et traduit en français le 19 mai (https://ec.europa.eu/info/law/better-regulation/have-your-say/initiatives/12458-Produits-de-construction[1]reexamen-des-regles-de-lUE_fr)
     
  • Note de conjoncture 2021 & Enjeux et perspectives 2022
  • Start-ups industrielles - France 2030 : Agnès Pannier-Runacher et Cédric O présentent la stratégie « Start-ups industrielles et deep tech » 

    Axe 1 : Financer l’industrialisation des start-ups et PME innovantes
    Un appel à projets « première usine » pluriannuel est ouvert et doté de 550 M€ pour des aides à des projets d’industrialisation.
    Lien : https://www.bpifrance.fr/nos-appels-a-projets-concours/appel-a-projets-france-2030-premiere-usine
    Des prêts de 3 à 15 M€ seront lancés début mars 2022 pour financer la phase de démonstrateur industriel ou d’usine pilote et soutenir ainsi la transition entre le prototype fonctionnel et l’usine de production.
    Investissements en fonds propres :
    Création d’un fonds successeur au fonds Société de projets industriels (SPI2) doté de 1 Md€, qui permet de financer directement en fonds propres la première industrialisation d’une technologie innovante. Le fonds pourra également financer avec des tickets inférieurs à 5M€ des projets de pré-industrialisation.
    Création d’un Fonds national de venture industriel (FNVI) doté de 350 M€, pour faire émerger des fonds de capital-risque capables d’accompagner les start-ups dans leur industrialisation.
    (275 M€), via notamment :deep tech
    Axe 2 : Renforcer le soutien à l’émergence des
    (BFTE), en prévoyant une hausse globale des moyens alloués à la BFTE de 50 millions d’euros pour les 5 prochaines années (2022-2026).
    L’Aide au développement deep tech, en prévoyant une augmentation globale de 150 millions d’euros pour les 5 prochaines années (2022-2026). 
    La Bourse French Tech émergence
    Axe 3 : Créer un guichet unique dédié à l’accompagnement des start-ups industrielles
    Lancement d’un parcours d’accompagnement de l’Etat pour les start-ups avec des projets d’industrialisation. La Mission French Tech en partenariat avec l’ensemble des acteurs de l’Etat et des partenaires publics, proposera une information sur les dispositifs de financement et un accompagnement sur la mobilisation des leviers de l’Etat en matière industrielle. Les start-ups pourront mobiliser, par exemple, un appui sur l’accès au foncier, la recherche de site, les freins réglementaires ou encore les demandes d’autorisations.
    Le guichet est accessible ici : https://www.demarches-simplifiees.fr/commencer/guichet-start-ups-industrielles

  • Réunion à Bercy sur les tensions d'approvisionnement - en présence de Bruno Le Maire, Elisabeth Borne, Agnès Pannier-Runacher et Nicolas Dufourcq

    L’AIMCC était présente et les principales annonces concernent les mesures d’accompagnement des filières industrielles :
    - Prorogation du PGE jusque fin 2022 avec un accompagnement au cas par cas.
    - Prêt Industrie France avec une enveloppe de 700 Meuros (durée 10 ans avec différé de remboursement de 2 ans).
    - Avance remboursable cumulable avec un PGE.
    - Assouplissement et étalement paiement charges sociales (pour entreprise touchée par pb approvisionnement).
    - Prolongement mesures temps partiel.
    ​Bruno Le Maire a rappelé des décisions prises par l’Exécutif français :
    - La solidarité de filière est importante.
    - Pas de pénalité dans les marchés publics pour difficulté d’approvisionnement (valable pour Etat, collectivité, secteur hospitalier).
    - Renforcement pouvoir du Médiateur avec élargissement comité crise BTP vers autres filières.
    - Recréer des chaines de valeur plus résiliente, plus autonome et plus souveraine.
    - Renforcer l’indépendance de l’approvisionnement de la France.
    Toutes les filières étaient présentes et les situations sont très hétérogènes, et le cas particulier de la crise actuelle des semi conducteurs a été abordé via le prisme des filières AUTO/AERO/ NSE (Energie) / Santé.
    Le Président de France Industries a pu rappeler qu’il est important de tenir compte de la spécificité des filières, qu’il y a le risque « inflation » devant nous ( avec énergie et négociation salariale), qu’il faut pouvoir mobiliser le maximum d’outils d’accompagnement sans oublier la compétitivité globale, et tenir toute l’année 2022 car les projections pourraient être plus stables pour 2023 compte tenu de la surchauffe actuelle de l’économie mondiale et une Chine qui est répartie plus vite.

> RETROUVEZ TOUTE L'ACTUALITÉ DE L'AIMCC 

> ConsulteZ toutes les infos CNI / CSF-IPC

L'actualité LinkedIn

Les axes prioritaires de l’AIMCC